Articles taggés avec ‘My dinner with Andre’

Dvd : Quand Louis Malle fait du Woody Allen

Mercredi 23 septembre 2009

Arte vidéo complète sa collection “Louis Malle” d’un ovni new-yorkais. My dinner with André filme deux metteurs en scène qui discutent de la fin du monde,  pendant deux heures, autour d’un diner sur la 7 e avenue.

Louis Malle concentre sa caméra pendant deux heures sur une discussion intello new-yorkaise des années 1970. Pour tenir la longueur, le réalisateur a engagé deux metteurs en scène de théâtre d’avant-garde qui jouent leur propre rôle :  Andre Gregory et Wallace Shawn, que Woody Allen apppelait “un homonculus” dans Manhattan.

Vingt-cinq ans avant “Belle toujours” de Oliveira, Malle filme intégralement un dîner dans un restaurant un peu vieillot et feutré où l’on entend passer les plats. La discussion dure près de deux heures, et porte à toute vitesse et dans un accent new-yorkais nasillard sur la marge de liberté qui nous reste dans nos démocraties occidentales bien trop confortables.

Quand Louis Malle fait du Woody Allen,  il l’épure de l’humour. Aucune concession donc, si ce n’est un prologue magnifiant Manhattan, où Wallace exprime en voix off ses soucis quotidiens, et son peu d’envie de revoir André qui a poussé la hippie attitude jusqu’aux bords de la folie…

Wallace décide donc d’en dire peu, mais il se laisse vite prendre au jeu égocentrique d’Andre, surtout quand celui-ci l’accuse d’écrire un théâtre incapable de réveiller des co-citoyens endormis et qui estime que la civilisation occidentale et surtout  que New-York est une sorte de camp de concentration que les hommes auraient si bien construit qu’ils sont incapables de même vouloir en sortir.

Au questionnement paranoïaque sur les prisons de  “L’homme unidimensionnel” (Herbert Macuse), Andre et Wallace ajoutent un débat plus spécifique sur ce qu’est leur art : le théâtre.

Un film surprenant, légèrement suranné, et qui tient plus du pari que du divertissement.

“My dinner with André”, de Louis Malle, avec Andre Gregory et Wallace Shawn, 1983, 106 minutes, Arte Vidéo, sortie le 7 octobre, 20 euros.