Articles taggés avec ‘grandes amitiés’

A perfect day

Vendredi 20 février 2009

La journée a commencé un peu tôt, B. mon ami de Genève venu m’apporter sa joie de vivre et ses grandes idées étant encore à l’heure européenne. Donc petit déjeuner dans central park, puis ballade dans le east side. Et long moment de solitude choisie à voir le très beau film de Wajda sur le massacre de Katyn. Image impeccables, acteur superbes, musique de Penderecki, usage classieux des image sd’rachives (surtout celles comparées des propagandes nazies et russes), et vieux truc du carnet intime- flash back pour nous balancer les images affreuses à la fin du scenario. On ne s’attache pas vraiment aux personnages trop nombreux et aux psychologies trop peu creusées, mais le nationalisme polonais encore et toujours rugissant vient embaumer le coeur comme un chant un peu trop fort. Bon je fais ma fière mais
1) j’avais faim et honte de manger ma salade de pousses d’épinards devant le film
2) je me suis allongée de tout mon long sur le sol et mis les mains devant les yeux pour tenir le choc
3) je suis sortie en hésitant à perdre toute foi ou à juste remercier le seigneur que personne ne tire de balles dans la nuque de personne sur le 7 e avenue un 19 février 2009 à 15h30
La journée a été parsamée d’appels de france et de voix amies, presque aussi proche que si j’étais chez moi.
Puis inévitablement gym, yoga et intérêt pour la prof qui est african-american et suit un cours de judaisme pour se rapprocher de la famille de son fiancé. je lui ai dit qu’elle devrait quand même l’emmener à l’Eglise. Oui, en fait, un petit quart d’heure au val de grâce c’est ce qui m’a manqué aujourd’hui pour que la journée soit parfaite.
Long sauna, Re-salade sur un banc -quinoa et algues-, et puis j’ai rejoint R. et sakyrielle de soeurs pour le concert de Anthony and the Johnsons au Town Hall. Malgré la très mauvaise sonorisation et les minauderies en interludes de l’otarie anthony, c’est incontestablement très bon. Sweet and sour, et une berceuse lointaine.
Tout a fini dans un restaurant thai ou je me suis contentée de boire un verre de vin de prune et de caqueter entre filles.
J’ai quand même lu un petit voegelin dans les transports : les affaires reprennent.