Articles taggés avec ‘Dubaï’

Les grues de Dubaï

Mercredi 2 novembre 2016

Se délecter du faux progressisme et du vrai esprit suisse de Muscat, où les touristes sont parques deux par deux dans des hôtels de luxe divins et zen, même avec un sultan gay qui accorde le droit de vote aux femmes, c’est se complaire dans l’optimisme expatriée d’un certain totalitarisme. Même la mer y a l’air morte et posée la pour rester calme et étale devant les puits de forage de pétrole. A force de ne pas voir d’insectes dans cette humidité constante, j’ai cru qu’il s’agissait d’une Atlantide Potemkine pour européens en mal de coucher de soleil à 17:00 et de coucher tout court, sagement et tendrement vers les 22:00. Bref, après des jours de douteux luxe calme et volupté, l’arrivée à Dubaï est un coup de tonnerre.

Éclairés à la lumières de ses grues, nous nous retrouvons directement aux prises avec ses nuées d’ouvriers du bâtiment, esclaves oranges grouillant nuit et jour autour des taxis et des voitures de luxe pour construire la ville sous nos yeux néophytes. Post post toute modernité, cité avançant à renforts de projets immobiliers gargantuesques qui même s’ils ne voient pas le jour lui font de la pub, Dubaï la clinquante annonce tout de suite la couleur. Et peu importe si la mer est morte : on sait immédiatement que tout a poussé artificiellement ici depuis 20 ans. De l’orchestration parfaite des fontaines du centre commercial éponyme, à voir depuis un pont qui fait penser autant à Prague qu’à Florence, au shopping jusqu’à minuit ou dans la tiédeur de ces restaurants hors de prix pour expatriés – c’est à dire tous- où l’on mange japonais froid et lourd avec fierté pour une somme qui pourrait nourrir une famille de bédouins un an, Dubaï est un oasis d’excès.

Tout s’y mêle et s’y emmêle dans un jour brûlant – de plaisir vole pour les cousins, de dur labeurs pour d’autres – un jour à saisir dans l’art illusoire d’une confiance sans héritage et sans passé. Les élégantes voilées qui courent sur talons à la prière vers des mosquées sur-éclairées croisent les américaines aux dents blanches qui rentrent de la plage, les saoudiens en robe blanche marchent à petits pas gourmands dans les supermarchés du monde.

Et tous se retrouvent le soir, avec un peu plus de khôl pour ces dames et beaucoup d’argent pour ces messieurs, autour d’un Moscow mule servi à point et dans une tasse en cuivre. Car les serveuses sont russes ou ukrainiennes dans cette Babel née de la cuisse du marketing et de la consommation. Et elles aussi ont l’air émerveillé des enfants un peu trop sages qui savent très vite et très bien compter.

Bref tout se finit au lever du soleil rougeoyant dans le sable immuable de ce désert si brillamment
habité. Et l’on observe dans la skyline si récente de cette villemirage attachante la copie glorieuse de big ben et des Twins towers. On se prend alors presque à regretter que le Colisée et la Tour Eiffel
aient légué leurs artefacts au désert du Nevada plutôt qu’à celui, si actuel, du golfe.