Articles taggés avec ‘culture Paris’

Deux semaines de vie culturelle parisienne

Mardi 5 avril 2011

Eh oui, les petits comptes rendus de ce que Paris a offrir de beau s’espacent. Peut-être simplement parce que dans les dernières semaines, entre les cours, le festival du film israélien, les femmes s’en mêlent et d’autres belles choses – dont toutes les foires de dessin de Paris -, j’ai eu peu de temps pour affronter nuitamment mon écran. Peut-être aussi parce qu’avec le dégel du printemps, la nuit se passe dehors, à boire parfois un peu trop, à parler jusqu’à avoir encore soif, et que les jours longs sont après remplis d’articles en retard.Néanmoins, fidèle, je livre la jolie récolte.

Bilan du festival du film israélien. Pas de langue de bois ici, ce que j’ai vu était dans l’ensemble décevant. Aussi mignon fût le “Matchmaker“, ce n’était pas un grand film. Naomi, une histoire d’adultère qui n’en finissait plus. Et “Infiltration” a eu beau faire polémique en clôture, puisque tsahal était en cause, le film est raté si on le compare au roman fourmillant de Kenaz. Une perle néanmoins : La grammaire intérieure, tellement juste sur l’adolescence, que je me suis retroivée comme une idiote à fondre en larmes à une heure du matin sur la place de Clichy… Hulainement, le festival a été un sublime moment, arrosé de beaucoup d’amitié (merci Laurent! et merci Coline de m’avoir suivie jusque là-bas) et de vodka. L’expérience d’animer une table ronde a été formidable et m’a permis de rencontrer une superbe écriture : celle de Valérie Zenatti qui est aussi traductrice d’Appelfeld.

LFSM : Un autre très très beau festival en parallèle. Dès l’ouverture, je suis tombée raide-dingue des subtilités folks de Rebekka Karijord (depuis j’écoute “This anarchistic heart” en boucle sur les énoormes écouteurs blancs que j’ai finis par demander contre un article– oui, c’est mal je suis une veeeendue) et ai ri de grand cœur au rétro irrésistible de Lail Arad (oui oui la fille du designer). En revanche, j’avais bêtement oublié de calculer que la soirée de clôture à la machine du Moulin rouge durerait jusqu’à l’aube et après deux heures de sommeil la veille ai craqué. raté le corps mince de françaoise (article à venir, ou pas!).


Côté semaine de dessin, heureusement Amélie m’a beaucoup aidée en couvrant le salon du dessin, et Drawing now, de mon côté j’ai couvert en invitée private HSBC (ruinart & louboutins, pas moi, la foule) le salon des arts et du design, puis à l’arrachée artparis, puis plus calme slick, chic art fair où j’ai retrouvé pas mal de têtes (et de traits) connus. La soirée de jeudi dernier était une sorte de soirée folle en l’honneur de l’aaaart, avec un vernissage fou dans l’hôtel particulier d’un artiste iranien aux toiles chargées, près de l’avenue Montaigne, avec tout le gratin du triangle d’or; tout ceci a bien sûr fini au BC avec mon frère, puis au baron avec cris, puis la conversation a duré jusqu’à 5h30 chez moi avec coca light et aiguillettes de poulet Picard!

Côté expos, j’ai vu d’autres joyaux, dont le très attendu Odilon Redon au Grand Palais et ce matin, l’époustouflante expo sur les Dogon au Quai Branly.

Point de vue théâtre, deux petites pièces que j’attendais moyennes et qui furent moyennes : le monologue d’eva braun à la manufacture des abbesse, et une performance avec pourtant un joli titre “il est plus facile d’vaoir du ventre que d’avoir du coeur” au Lucernaire. Cette semaine, j’attends avec impatience l’opéra de quat’sous à la comédie française.

Ciné non-israélien, ça a été un peu plus vide (forcément) mais sympathique dvd ce week-end : l’enquête sur le meurtre d’une marilyn de franche comté. Jeudi prochain, j’interviewe le réalisateur d’un autre polar : la proie.

Et retour aux livres, avec un beau voyage néerlandais en serbie, une descente dans l’enfer d’oxford, les retrouvailles de vieux amants, et les aventures sexuelles d’un jeune homme à NYC (par la délicieuse Abha Dawesar chronique à venir). Parlant sexe, j’ai décidé pour la première de ne pas chroniquer un roman envoyé par La Musardien que j’ai trouvé exécrablement écrit, mais la soirée du 7 avril a l’air sympa…

Enfin, ce soir dîner somptueux chez Le Divellec, immense restaurant de poissons, et à part le poulet picard et la vodka du petit poucet et du connetable (j’ai mangé liquide cette semaine, pas vraiment eu le temps de dîner), découverte d’un bar à vin fabuleux près du Canal Saint-martin.

Ah oui, j’oubliais, schmates schmates, ok, mais j’ai refusé de faire le test du maillot de bain pain de sucre sur mon i-phone en plein mois d’avril, j’ai donc fait poser ma souris en peluche🙂

Le Voisin insupportable et libérateur de Tatiana de Rosnay

Vendredi 26 mars 2010

L’auteure d’ “Elle s’appelait Sarah”, “La mémoire des murs” et de “boomerang” ressort chez Héloïse d’Ormesson un livre épuisé depuis 2000. Ccomme d’habitude thriller et fine psychologie sont au rendez-vous. Tatiana de Rosnay n’a donc pas besoin de la moto d’Angèle Rouvatier pour séduire ses lecteurs.

Colombe Barou ne s’habille pas en cuir, ne fait pas de moto et elle ne se préoccupe pas des cadavres, mais de la bonne tenue de sa petite famille : ses deux fils et son mari, bien trop souvent en voyage. Quand les enfants sont à l’école, elle fait un mi-temps comme nègre dans sa petite ville de province. En vrai, Colombe est une grande femme sensuelle et qui se rêve écrivaine; par habitude elle se tient voûtée,  se cache dans l’ombre de sa pétillante sœur Claire, et des auteurs dont elle écrit les livres. Mais un déménagement et un nouveau voisin qui la réveille en pleine nuit à grands renforts de Mick Jagger va pousser “bobonne” à se rebiffer. Si la nouvelle Colombe en pleine crise d’insomnie n’ose pas encore frapper à la porte du voisin pour lui dire combien il la dérange, elle s’offre des guêpières pour séduire à nouveau son mari et se faufile dans l’appartement du gêneur…

On retrouve dans “Le Voisin” la patte de Tatiana de Rosnay : suspense, fantômes, et intrusion fine dans la psychologie d’une jeune femme de bonne famille. De quoi nous tenir en haleine et nous donner à nous aussi l’envie de se révolter contre la tyrannie de l’aspirateur et de l’anonymat. Entièrement concentré sur la figure de Colombe, “Le Voisin” est peut-être moins subtil que d’habitude sur les motivations de ceux qui l’entourent : les enfants sont quasi inexistants et interchangeables sauf pour remarquer les transformations de leur maman, le mari est un boulet infidèle, la sœur une apparition un peu énervante, et même le voisin est bien pâle face à la force de caractère en plein chamboulement de Colombe. Colombe et c’est tout, mais cela suffit pour remplir un cahier des charges volumineux sur le travail harassant, silencieux et méconnu de toutes les discrètes mères de famille de France.

Tatiana de Rosnay, “Le Voisin”, Editions Héloïse d’Ormesson, 236p., 18 euros.

Vers deux heures du matin, Stéphane se met à ronfler. Colombe subit. La gamme complète est à sa disposition; elle reconnaît les longs, anticipe les courts, ceux ponctués d’un grognement, d’autres d’un râle. Comment a-t-elle pu passer plus d’une décennie auprès d’un homme qui ronfle autant? Il n’y a rien de pire que vouloir dormir à côté de quelqu’un qui, lui, dort profondément et le montre” p. 90.