Articles taggés avec ‘Akhmatova’

Le journal d’une autre au Théâtre Paris-Villette

Mardi 16 février 2010

Tirée des notes codées prises par l’écrivaine Lydia Tchoukovskaïa sur la poétesse Anna Akhmatova durant leurs trente ans d’amitié politique et littéraire, « Le Journal d’une autre » est une pièce intimiste de retour dans la petite salle du théâtre de Paris-Villette. Mise en scène et jouée par Isabelle Lafon, fantastique et complètement habitée par l’auteur de « Requiem ».

Elles ont vingt ans d’écart et leur amitié commence en 1938, au pire moment des purges staliniennes. C’est l’année où le mari de Lydia Tchoukovskaïa est arrêté et exécuté (ce qu’elle n’apprendra officiellement que longtemps après) et où le fils d’Anna Akhmatova, Lioucha est envoyé en déportation en Sibérie. Les deux femems se rencontrent pour « affaires », c’est-à-dire pour parler de la situation. Akhmatova qui avait été réhabilitée brièvement pendant la Seconde Guerre,se trouve à nouveau exclue de l’Union des écrivains en 1946. Elle ne sera plus publiée en URSS, alors qu’elle vit à St Petersbourg, jusqu’en 1961. Tchoukovskaïa se met alors à apprendre les poèmes d’Akhmatova par cœur, car ceux-ci sont trop dangereux et brûlés une fois écrits. Ainsi, le fameux « requiem » restera uniquement dans la mémoire de la jeune femme de 1938 à 1962.

Photo : Fred Kihn

Absolument habitée par le personnage, la comédienne et metteuse en scène Isabelle Lafon redonne vie  à  une Anna Akhmatova, politiquement lucide, à la fois et critique vis-à-vis de ses vers et extrêmement egocentrique et sûre d’elle. Et elle fait trembler son audience quand elle cite et récite des vers d’Akhmatova, en Français et en Russe, en décortiquant les phrases du long livre de Tchoukovskaïa pour rendre hommage avec des mots historiquement justes à la poétesse. En face, nouvelle venue, Johanna Kortals Altes incarne avec blancheur et fragilité cette femme intelligente qui a eu l’idée d’écrire un journal intime à propos … d’une autre. Puisqu’ « on ne peut travailler qu’à mains nues » (I. Lafon) sur cette relation de dénuement et de poésie qu’est celle des deux femmes, la petite salle du Théâtre Paris Villette se prête agréablement aux confidences, vers et réflexions sur les pairs comme Maikovski, Madelstam ou Pasternak. Une table, deux chaises, quelques livres, et un projecteur font l’affaire. Pas de bande-son et pas de grands corps de ballets pour évoquer les âmes sœurs et leurs disparus en train de se construire « un abri de mots » contre l’inviable réalité soviétique qu’elles ne voient que trop clairement.

Un beau spectacle, qui nous plonge dans l’intimité d’une des plus grandes plumes du 20e siècle, et rend compte du bruit et de la fureur de l’Histoire à travers l’attente et les mots des femmes.

photo : Fred Kihn

« Journal d’une autre », adapté du texte de Lydia Tchoukovskaïa (Albin Michel), adaptation, mise en scène et interprétation : Isabelle Laffon, avec Johanna Kortals Altes, rendez-vous mensuel du 8 au 13, février, mars, avril et mai 2010 lun, mer, sam. 19h30, mar, jeu, ven. 21h, dim. 16h, durée 1h20 Théâtre Paris-Villette, Parc de la Villette, 211 av Jean Jaurès, Paris 19e, m° Porte de Pantin, 8-21 euros, réservation : 01 40 03 72 23.

« Et j’ai appris l’affaissement des visages,
la crainte qui sous les paupières danse,
les signes cunéiformes des pages
que dans les joues burine la souffrance ;
les boucles brunes, les boucles dorées
soudain devenir boucles d’argent grises,
faner le sourire aux lèvres soumises,
et dans le rire sec la peur trembler.
Et ma prière n’est pas pour moi seule,
Mais pour tous ceux qui attendaient comme moi
dans la nuit froide et dans la chaleur
sous le mur rouge, sous le mur d’effroi .»
Anna Akhmatova, Requiem