Archive pour janvier 2014

Pinces en forêt

Mardi 28 janvier 2014

Sous la table, la gaité désossée
En pince pour les brebis égarées
Dressant sa grande nappe rouge de passé
Elle négocie, ciel à ciel, pied à pied
La liberté des grand blues

Nez à Nez avec un grand corps qui bouge
Elle a aligné cidre et cyprès
En un carnaval de gris perlé
Une course d’idées éméchées
Au gâchis de l’herbe qui pousse

Le cerveau laminé par les années de nuit
Des kilomètres de peur infrarouge
La confiance a offert le fœtus qui bouge
Edenté et percé de gâchis qui s’émousse

Le futur d’une duet adoubé
Choisis pour le ventre plié
Et l’identité farouche
N’a pas résisté à la faux sans terre
L’atterrante fausse vie qui irrigue la couche

La couperose est tombée, ennemie
Aux mains manouche d’un magicien morose
Petite fille, boulimie, trop forte et trop douce…
La souffrance s’émousse, le deuil se poursuit
Dans l’infinie terreur du gaz qui repousse

Nécrose banale des jours bénis
La complicité s’étouffe de surprise
L’effet ébruité de la crise se sclérose
Et l’on rompt le pain et l’avenir des survies

L’avenir se pend aux voiles de la folie
Le passé étrangle les mains amies
La pire chose échoue aussi
Descendre aurait été l’apothéose…

Quand l’amour se plie dans l’insensé
Reste un vernis, les regrets, bien de choses
Et je reprends amidonnés et moisis les habits neufs
D’une liberté vieillie et qui s’impose.