Archive pour juillet 2009

One month in Paris

Mardi 28 juillet 2009

Not much to write about this first month back to my old-new life. Lots of sadness, I guess, despite the friends I could see again, the culture much more accessible in this playmobil town than in NYC and the hanging out with my beloved and charismatic brothers. I am not working hard enough, doubting the quality of my work and the purpose of writing something which is by now so clear to me and that no one is going to read thoroughly.

I fall asleep, when I can, every night squeezing my pillow and dreaming like a littel girl it is the torso of my beloved one. I know nevertheless that my charming prince is far away, geographically and in his weak mind, with which, he was so afraid I would mess up. I know in my mind that he is an old selfish man, who never made me feel loved, whether I was just an angel or a sextoy to him. The soul and the body will take a little longer to process what I know from the beginning.

After two weeks of heaviness, crying, puking and not even being able to mourn this imaginary relationship, I finally had a peaceful wonderful evening tonight. It is strange how the past can help… I had dinner with an old flame. Funny how I forgot how much I suffered, then. Not as much as now, but it seemed unfair all the same. No pain tonight, just a wonderful conversation, too much wine, and the good sense that I know why I was so fund of him, and also why it would never have worked. Travelling the spiritualities of the world in Saint-Germain des Près with him, I remembered how he used to make me dream, and although I am too broken to dream or write, I got the sense that it happened and that it might be happening again in the future, when I am healed.

The man I love, still now, never made me dream. He once told me that reality was made of fruitless miracles, a conclusion he came to only recently with wisdom and age. And I was so blind that I thought I could breathe a miracle for both of us, with my youth and the strengh I found for him. His fear, and his selfishness turned  our encounter into the most banal miscarriage. So, even if I saved him in some ways, I had to take reality seriously and that killed the poetry in me. Can I ever forgive him and myself for throwing poetry out of my life for so long? Anyways, good or bad, I wrote a poem last week, and I know I don’t want to give up on magic, writing, and acknowledging the beauty around me. I don’t want to live in fear, and even  after this big earthquake of the last months, I won’t change this strong decision of mine.  I hope… I hope one day soon, I ‘ll be able to live by this principle again, instead of hiding at home, staying with memories that are too meager for my young longings, and even somewhat shameful.

Don’t get me wrong, I am human, as my father told me before leaving for St Tropez. I miss him so much that it hurts each and every minute. I miss his strange and long way of making love to me, and I don’t even see the point of making love to a man for whom I don’t feel as strongly. I miss his wits (cause he had some, even if he was so clumsy that he could hurt me with banal thoughts of his, so not understanding me). I miss our crooked conversations, even if so many other things were floating in my head. I could see that while reading some of his messages, recognizing some familiar ways of writing. Maybe there should not be more mails, and I should bravely cut off with this everlasting succession of disappointements. But I am not ready. And I have been brave and elegant enough in the last months to cover up for the next decade. I am too proud to write, but for the first time in my life, too weak to break all communication. I am so weak, and everyone is so used to think I am strong, that they don’t see it. Something is not over, something is growing in my head and my heart. Something bitter and smelling like rotten flesh. Some days, if a magic fairy could even give me one hour at his side, I would swallow my pride and my reason and take the first plane.

I know it is not him I am idealizing- I felt I knew him so well- maybe I am idealizing my own feelings, but they were so strong, fighting each and every minute with my good sense and my reason, even then, and still now. That is exactly why I should follow my pride, as I did for the last three months, finally : The man did not treat me right and I could accept that from a good lover about whom I don’t care, I can’t take it from the man I love and still would like to be with… for one year, one month, eight days or one hour (we are back to Edith Piaf’s heartbreaking song), but thoroughly.

I don’t want to get over that rare longing artificially. I want it to die by itself. Even if, by know, I can’t picture how it could die, and I know that pain is useless, that nothing come out of it. But if I give up on that, I will belong to the sad club of the people who think that miracles can be fruitless, I’ll abide by reality and not by what I feel. And this is something unbearable, this would mean breaking up with who I am. So, part of me wants to resist, wants these feelings to last as long as I live and part of me cannot believe these feelings are still there after so many vexations, and disappointements. I don’t see the answer, I don’t see hope, I have no more dreams, but I still challenge life to show me the way out. Until then, I’ll live sadly outside of life, in a world of duty and sorrow. The endless sorrow of a little girl left behind at the supermarket, and cannot even cry for help, because she has the feeling she should not be alive anyways…

Rentrée littéraire : Credit Crash

Lundi 27 juillet 2009

Avec « Pour une vie plus douce » (Stock), l’auteur Philippe Routier nous fait entrer dans le quotidien catastrophe d’un travailleur de la poste trop endetté et de son fils. A quel prix s’endette-t-on pour vivre le rêve Français d’être propriétaire de son petit pavillon de banlieue, avec barbecue, fausse cheminée, et télévision ? Sortie le 19 Août.

douceLui travaille sur une Plate-forme colis de la Poste, elle est ouvrière spécialisée dans une usine de tuyaux, leur premier dîner dans une pizzeria lambda et leur première partie de bowling révèle l’évidence : ils sont faits pour vivre ensemble. Et pas n’importe où, puisque à crédit ils peuvent s’offrir le pavillon de leurs rêves à Sartrouville. Mais l’ascension dans la hiérarchie bloquée de leurs entreprises est impossible et l’une après l’autre, les dettes s’accumulent, jusqu’à la catastrophe : elle divorce pour fuir la faillite, et lui garde l’enfant qu’il nourrit de moins en moins bien. A quel prix ces petites gens étaient-ils censés vivre le rêve capitaliste de consommation ?

Du point de vue de l’enfant à la fois ethnologue et aimant, Philippe Routier déroule le long fil narratif d’une catastrophe d’endettement annoncée. Dans un style aussi fluide que poétique, il décrit la petite vie non dénuée d’espoirs, d’amours et d’amitiés, de gens modestes mais vivant au-dessus de leurs moyens dans la banlieue parisienne. Cette humanité à l’horizon bloqué, et vivant dans l’angoisse des intérêts à payer, après une période d’endettement insouciant présentée comme un âge d’or rejoint celle que décrivait Emile Zola dans « L’Assommoir », il y a près de 150 ans. Du banquet de mariage aux actes monstrueux commis par la bête humaine acculée, c’est du même déterminisme (ici social et non biologique) qu’il s’agit. Dans quelle mesure la société de consommation est-elle responsable des actes tragiques des personnages? Philippe Routier pose la question avec beaucoup de subtilité, déroulant sa petite histoire sur un temps assez long (des années 1970 à une projection dans le futur proche) pour montrer que quelle que soit la société : industrielle, post-industrielle, ou post-post-industrielle, les rouage du capitalisme demeurent inchangés. Certains esprits modestes et naïfs peuvent se laisser entraîner par des envies matérielles jusqu’à se perdre eux-mêmes. Le fils réalise le rêve de ses parents, en devenant le propriétaire d’un petit café de Sartrouville, qui marche assez bien. Mais même arrivé à ce sommet, il végète, et seul, vivant jeune encore dans le deuil des meilleures années de sa vie. A l’image de sa mère, demeurée quarante ans au même poste d’ouvrière spécialisée dans une usine, et faisant partie des meubles que personne ne songe à remercier ou à féliciter, il est condamné à l’immobilité. Comment vivent les rouages de la base de nos sociétés, et les rêves d’ascension sociale ne sont-ils que des leurres les poussant à mieux accepter cette condition moderne d’esclavage ? Ou ont-ils fait de leur propre volonté les mauvais choix ? Une belle réflexion sociale, sans dénonciations outrées et surtout livrée sans ressentiment dans un écrin de langue immaculée.

routier_philippe

Philippe Routier, « Pour une vie plus douce », Stock, 167 p., 15,50 euros.
« Il avaient compris qu’avec les trois premières banques, ils seraient quittes de leur dette à quarante-six ans tandis que, avec la quatrième, ils devraient encore de l’argent jusqu’à cinquante. Cependant, que les quasi-quinquagénaires qu’ils deviendraient peut-être, ces inconnus sans doute ventripotents pour lesquels ils n’éprouvaient aucune sympathie, dussent vingt-cinq ans plus tard débourser de l’argent pour les jeunes gens radieux qu’ils étaient alors n’était franchement pas de nature à les embarrasser » p. 24

Clés de si

Mardi 21 juillet 2009

Les yeux se regardent en miroir

Et la solitude a des chiens tendres

A genoux, mêlés, muselés

Donnez moi la morphine surannée

D’un mielleux paquet de cendres.

 

Les rimes en damier,

Et des larmes à vendre,

Le fou grime ma mémoire

Dans les bras d’un oreiller.

La tête a tant de plaies à gratter

Que les jambes saignent de se tendre

Au grand galop des mâchoires serrées

 

Les rêves sont des pieux à damner

Et je n’ai plus rien à attendre

Que l’encre noire sur le cahier

Le dossier illisible de l’entonnoir

Cette chaise qui s’est pliée

En meule de craie sur le peinoir

Où cinq ans doivent descendre

 

Je damne les vieux cachets

Et les maigres marrons de septembre

Je me pends à l’ivoire des jamais

Murmure quelques banalités

Je suis là, morte, présente au manoir,

Familière de la moue moirée

 

 

-Endeuillée sans métier,

Incompétente mouchetée-

Je crache sur tes coupes papiers

Tu m’étouffes après m’avoir blessée

Je veux dire que tu me manques.

 

J’oublie sans enterrer l’anis déjà fané

Je ne veux plus voir l’irritante

La renaissance est un mythe gay

Et la gloire pourrit quelque part, en paquets

J’aimerais mordre, je me tais

Et laisse choir une autre banalité :

 

 

Le temps est une patinoire

Où l’idéal creuse la plaie.

 

Joseph Roth, les années parisiennes d’un juif austro-hongrois

Mardi 21 juillet 2009

Jusqu’au 4 octobre, le Musée d’art et d’histoire et du Judaïsme présente la vie de l’auteur autrichien Joseph Roth pendant ses années d’exil, de l’arrivée des nazis au pouvoir jusqu’à sa mort, dans l’alcool et à Paris en 1939.

Né à Brody (Galicie et à l’époque appartenant à l’Empire Austro-Hongrois), d’une mère juive de l'”est” et d’un père devenu fou dans son enfance et auquel il a inventé mille vies, Joseph Roth part pour Vienne où sa mère le rejoint lors de la déclaration de la Première Guerre. Il vit dans la pauvreté et poursuit des études de Germanistique. Il assiste à l’enterrement de l’Empereur François-Joseph, en 1916, et est envoyé sur le front russe. De retour à Vienne, il abandonne son doctorat pour survivre de la plume de journaliste. Au café Herrenhof, il côtoie Hermann Broch, Franz Werfel, Milena Jesenska…En 1923 Roth déménage à Berlin, où il devient journaliste auprès de la Frankfurter Zeitung ; en 1925, il devient correspondant du journal à Paris. Ses articles sont caustiques et précis. Si la “Toile d’araignée” (1923) est son premier roman, le succès arrive  “La marche Radetsky”, en 1932, une fresque en l’honneur du défunt empire Austro-hongrois. L’on apprend au MAHJ que le critique de la Nouvelle Revue Française, Frédéric Bertaux, préférait le roman au col amidonné de Roth sur le “K und K” à la fresque ironique de Robert Musil, “L’Homme sans qualités”.  Juif dans l’Allemagne de 1933, Roth doit quitter l’Allemagne et oscille entre Paris, Amsterdam, et Ostende.

C’est sur ces années d’exil que l’exposition du MAHJ se concentre, dépeignant la vie de Roth d’hôtel en hôtel, reconstituant son café préféré, le “Tournon”, donnant à entendre son dernier roman, “La légende du Saint buveur”, insistant largement sur l’engagement politique du début des années 1930 contre le nazisme, et présentant ses amis dont les auteurs Stefan Zweig, Soma Morgenstern, Stefan Fingal, le sculpteur Joseph Constantinovksy .

Créée en Autriche par le directeur du Literaturhaus de Vienne, Heinz Lunzer, l’expo “Joseph Roth, L’exil à Paris” permet d’imaginer la vie de l’auteur à travers des extraits de sa riche correspondance. Des éditions originales de ses livres en VF permettent de comprendre comment Roth a été traduit tôt par Blanche Gidon, et comment le public a Français a très vite pu le lire.  L’amour de l’auteur pour la monarchie est évoqué en même temps que ses prises de positions politiques contre le nazisme : “L’écrivain a pour devoir comme tout un chacun de s’engager contre l’inhumanité du monde actuel”, estimait Roth, dès 1934. Mais, transformant l’écrivain-Arlequin en intellectuel engagé, l’exposition manque certaines ambiguïtés absolument fascinantes chez le personnage,  et passe peut-être à côté de sa folie.  Elle évoque à peine son spectaculaire enterrement, où personne ne savait vraiment s’il s’était converti ou pas, si bien que deux services religieux ont eu lieu : un juif et un chrétien.


LA MARCHE DE RADETZKY – Concert Nouvel An 2002
par Koloborder

Joseph Roth, L’exil à Paris, 1933-1939“, jusqu’au 4 octobre, MAHJ, Hôtel de Saint-Aignan, 71, rue du Temple, Paris 3e, m° Rambuteau ou Hôtel de ville,  lun-ven 11h-18h, dim 10h-18h, 6.80 euros (TR : 4,50 euros).

roth-mahj

A noter : Jeudi 24 et vendredi 25 septembre, un colloque international sur  l’exil de Joseph Roth aura lieu  au musée.  Programme ici.

Pour en Savoir plus :

BRONSTEIN, David, Joseph Roth, Biographie, Paris: Seuil, 1994.

MORGENSTERN, Soma, Fuite et fin de Joseph Roth, Paris : Liana Levi, 2003.

TRAVERSO, Enzo, La pensée dispersée, figures de l’exil judéo-allemand, Ed Leo Scheer, 2004

Road movie tendre à Ramallah

Lundi 20 juillet 2009

Le palestinien Rashid Masharawi, désormais connu pour ses documentaires, renoue avec son premier succès, la fiction « Couvre-feu » (Prix Unesco au festival de Cannes 1994) avec son nouveau film. L’ « anniversaire de Leila » une fable sur l’amour paternel en temps de tension politique. Il dépeint une journée particulière dans un Ramallah que le public a presque l’impression d’habiter.

Après avoir été un juge reconnu dans un autre pays arabe, Abu Leila est rentré en Palestine par amour de son pays. Il se rend chaque jour au ministère de la Justice pour savoir si on va lui accorder le droit d’exercer sa fonction de magistrat. En attendant, pour nourrir sa femme, et sa fille, Leila, il exerce le métier de chauffeur de taxi. Le film retrace la journée du 7 e anniversaire de Leila, à laquelle son papa a la mission de rapporter un gâteau et un cadeau avant 20h, malgré les fantaisies des clients qui entrent dans sa voiture, et le désordre -parfois sympathique, parfois effrayant- qui règne à Ramallah.

Le film repose sur l’immense Mohammed Bakri, comédien arabe-israélien, absolument irrésistible dans sa dignité d’homme de loi aux principes inadaptée au monde dans lequel il vit : un grand coeur d’onyx. D’autre part, les dialogues sont extrêmement drôles et pointus. Les images en tant que telles sont simples et désordonnées, mais  cela n’importe pas vraiment. Car voir l’ « anniversaire de Leila » c’est rentrer dans le quotidien de ce Ramallah que l’on a tant imaginé à travers des journaux trop sérieux. Sans effet de réel forcé mais sans fioritures non plus, Rashid Masharawi nous invite à suivre Mohammed Bakri dans une ville que l’on découvre avec surprise à mille lieuesd’un grand camp de réfugiés .  Ramallah est une ville lambda du Moyen-Orient, avec avec des vraies maisons, des appartements, des vies de quartiers, des gens qui s’aiment, et finalement un certain confort même pour une famille aussi modeste que celle du personnage principal. C’est aussi une ville en désordre et dangereuse ; on n’y est jamais à l’abri d’une bombe, et on devine la frontière qui se dessine à travers les check-points organisés par les Israéliens et où Abu Leila refuse de déposer ses clients. Mais finalement la vie à Ramallah ne semble pas tellement différente de la vie du côté de l’ “occupant”, de l’autre côté de la frontière : les gens sont chaleureux, brusques et directs, les hommes de bien voient leurs sentiments nationaux parfois remis en cause, et l’on vit intensément, dans la peur apprivoisée au quotidien de voir des membres des a famille disparaître dans un attentat.

L’humour du film, qui transforme le personnage du père aimant en un clown admirable ajoute une touche de distanciation au voyage. Un film riche donc, et précieux, et qui donne généreusement à voir et à réfléchir.

« L’anniversaire de Leila », de Rashid Masharawi, avec Mohammed Bakri, 2008, 1h11.

La course à l’enfant

Mercredi 15 juillet 2009

Un couple néerlandais de professeurs vit heureux et de manière classique, jusqu’au jour où la femme, Julia ,réalise qu’elle veut un enfant.

eho_meer3cCe désir de maternité arrive soudainement, à la vue d’une chaise d’enfant sur une bicyclette. Mais la barre de la quarantaine est proche et Julia et son mari Max n’arrivent pas à procréer. C’est donc sur les sentiers escarpés de l’adoption que le couple s’élance, Julia en tête, et Max à contre-coeur. Le chemin les mène par des voies peu légales dans un Pérou que Julia veut immortaliser pour raconter à son enfant d’où il vient. Après mille péripéties, Julia rejoint son mari aux Pays-Bas avec un être humain à charge, mais ce n’est pas forcément le nourrisson de leurs rêves.

Simple et juste sur les affres des ceux et celles qui veulent un enfant sans y parvenir, « Le voyage de l’enfant » ne s’appesantit pas lourdement sur les diverses méthodes médicales et légales de parvenir à ce but quand la grossesse ne se fait pas naturellement. On suit le personnage de Julia dans sa quête obstinée, qui la mène à apprendre l’espagnol, à espérer malgré tout, et à revoir ses attentes, en reformulant à chaque étape le sens de son puissant instinct maternel. La fin surprend, et apporte une touche de surréalisme presque bunuelien au roman.

Depuis la « Maison dans les dunes » (Eho) alias « Les invités de l’île », Vonne van der Meer nous a habitué à chercher en douceur les traces vivante du temps qui passe dans la tension que son écriture tisse entre ses descriptions et ses ellipses. Elle recommence avec succès dans son odyssée de la maternité où l’île n’est qu’un point de départ pour un bien long périple.

Vous pouvez lire le point de vue du traducteur en Français de Vonne van der Meer, Daniel Cunin, sur le blog des éditions Héloïse d’Ormesson.

Vonne van der Meer, « Le Voyage vers l’enfant », trad. Daniel Cunin, Eho, 176 p., 17 euros

« Descendre un chemin entre les dunes, sentir la mer avant même de la voir -rien n’est comparable à cette sensation. Voilà pourquoi elle venait ici ou sur l’une des autres îles de wadden au moins deux fois par an. Mais en ce jour, la seule odeur qu’elle sentait, c’était celle du cadeau d’anniversaire de mariage. Elle l’avait dans les narines, emballée, avec une faveur. » p. 13

Weekly check-up

Lundi 13 juillet 2009

No time to write. thesis, www.laboiteasorties.com to take over, my grandma broke her arm and I’m having diner every night with her before goin out. And of course, the novels of the “rentrée littéraire ” to read.

And anyways, my broken heart has chased poetry out of my life…

At parties, people think I am cold, cold and elegant, always, I try too…

The thesis is really a pain to write and I suddenly realized last week that no one in the world will read it entirely, which is quite depressing… But there are good moments like this morning in the sun reareding Etty Hillesum and realizing how close I feel to her.Same age, same belief that love is better than fear, and that I should get riper rather than tougher (“s’aguerrir et ne pas s’endurcir in French, my Ducth is still not good enough to read Etty in the original).

This week I could finally see the Lars von Trier movie, which was one of the best thing I have seen in months. The bet of shooting a Tarkovski without transcendance is baffling.  Charlotte Gainsbourg impressed me, I am in love with Willem Dafoe, and Trier is once again soo right about man/woman relationship. Tough though, but worth it. And the only music is “Lascia la spina” by Haendel on beautiful black and white images of an original scene talked to me, as the first poem about my little new-york destruction is called “Lascia la Spina”. 


CANNES 09 : CH GAINSBOURG : ANTICHRIST : LARS VON TRIER
par LosangeWeb

Among other activities : chatting with dear girlfriends on beautiful terasses, taking a salsa class, drinking lots of smoothies and champagne, going to the gym and the sauna, watching other movies (awfull Michael Mann), hating Anselm Kiefer whom I loved to death, and buying a single ticket for myself to listen to Leonard Cohen before he dies. Dancing too, and I realized I missed the french crapy songs, and the eurotrash dance music from the 1990′. One cannot live of Bach and good american folk.
I also tried to catch up with french music. Jean-Jacques Goldman is still rocking, the song he composed for Calogero is nice. I especially like the line : “On n’est riche que de ses amis, c’est dire” “You are only wealthy because you have friends, this says a lot”.


Calogero – C’Est Dit
par Calogero

I sould write a poem about my tears, my sadness, my mourning and how I don’t feel anything in my body, but I can’t. The mind keeps me standing… rationally…

I have to run and get beautiful for another night with three parties : one at my grandma’s place with opera singers, one woth cinema people with a friend, and either the closing evening of “paris cinema” at trendy “104”, or the cabarock of Nicolas Ullman’s where I did discover lors of new singers, once upon a time. Tonight it takes place at good old Régine.

Sous la plage, les regrets

Lundi 13 juillet 2009

Le roman de l’auteure suédoise Marie Hermanson, « La Plage », a été traduit dans 11 pays et déjà vendu à 150 000 exemplaire. Il vient d’être publié en France ce printemps aux éditions du Serpent à plumes et il serait bien dommage de passer à côté d’une oeuvre où les madeleines sont des jeune filles qu’on enlève et dont le titre va si bien avec vos projets de l’été.

Dans son enfance, Ulrika passait tous ses étés dans un île de Suède où elle est tombée amoureuse d’amitié pour sa voisine : Anne-Marie Gattman. Tous lui plaisait dans la famille d’Anne-Marie dont les parents étaient des journalistes reconnus. Jusqu’au dernier été, où ses parents ont loué leur maison et où elle assiste à l’enlèvement de la petite soeur adoptée d’Anne-Marie. Après ces dernières grandes vacances, une fois la maison vendue, Ulrika n’entend plus jamais parler d’Anne-Marie, ni de sa famille. Mais, un jour, Ulrika,devenue anthropologue et travaillant sur les « mythes des personnes enlevée dans les montagnes », décide d’emmener ses propres enfants dans l’île. Sur la plage, son fils découvre un cadavre…

Suspense bien mené, justesse psychologique, us sans abus du mythe et nostalgie élégante sont les ingrédients qui font de La plage un roman agréable à lire, possiblement d’une traite. Il y a une pudeur dans les personnages de Marie Hermanson qui exacerbe encore la finesse de son écriture psychologique. Pas trop d’information, donc, pas d’émotions qui s’étalent grossièrement, mais une tension en pointillés qui s’assure notre attention jusqu’à la dernière page.

Marie Hermanson, La Plage, trad. Max Stadler et Lucile Clauss,  Le Serpent à Plumes, 318 p., 19 euros.

Lecture érotique, lecture historique

Dimanche 12 juillet 2009

Kate Winslet a reçu l’Oscar cette année pour son rôle dans « Le Liseur », tiré du best-seller de Bernhard Schlink. Une récompense bien méritée… Sortie le 15 juillet.

Dans l’Allemagne de l’Ouest des années 1950, une jeune homme de quinze ans connaît ses premiers émois sexuels avec une femme qui a le double de son âge, de milieu plus modeste et surtout pas très bavarde. La romance entrecoupées de lectures à voix haute des ouvrages au programme du collège dure un été, après lequel la maîtresse disparaît…Pour refaire surface dans la vie du jeune étudiant en droit dans le box des accusés au procès de Nuremberg. Par fidélité pour cette femme qui l’a tant marqué et condamnée à la prison à vie, le jeune adulte lui envoie des cassettes où il a enregistré de grands classiques de la littérature mondiale.

“The reader” arrive tard en France et entouré d’un halo discret de controverse attendue (voir l’article de Ron Rosenbaum publié dans Slate). Il est simplement respectueux du roman de Bernhard Schlink qui avait déjà choqué certains. Il est vrai que mélanger le « Blé en herbe » et « Eichmann à Jérusalem » est un pari risqué, le risque étant de tomber dans le lit sordide de ce que Susan Sontag avait condamné sous le terme « fascinant fascisme ». Il y eut en effet dans les années 1970 toute une vague sous-culturelle qui érigeait le nazisme en fétiche sexuel. Et un film, bien plus qu’un texte, risque de produire cet effet dérangeant en mêlant Histoire et images de corps nus. Or, « The reader » évite cet écueil grâce à la performance de Kate Winslet, époustouflante en bourreau ordinaire. Yeux butés, ne parlant qu’avec le corps, forçant à peine sur l’accent allemand, elle conserve toutes les zones d’ombre de son personnage, dans une espèce de don intègre et animal. En face, le jeune David Kross a le diable au corps très frais, l’innocence le vide dans la tête, et les cassettes de son étudiant dans les oreilles. Seul Ralph Fiennes jouant le personnage adulte ne sert absolument à rien, égal à lui même dans son éternel rôle du type dont les grands yeux gris et vides cherchent à se débarrasser du poids du monde. Toujours féru de belle images depuis Billy Elliot et The Hours, Stephen Daldry continue dans cette lancée réaliste, pour notre plus grand plaisir. La partie finale du film, sur la mémoire entre New-York et un cimetière, vient un peu plomber le fil de l’histoire pour la faire tomber dans le mélo. Mais les trois premiers quarts sont si poignants que l’on pardonne volontiers cette erreur attendue de fin de parcours.

« The Reader », de Stephen Daldry, avec Kate Winslet, David Kross, Ralph Fiennes, 2h04 min.

Voir aussi notre article sur le livre de Bernhard Schlink.

Playlist

Vendredi 10 juillet 2009
Découvrez Regina Spektor!
Photo d’un des enfants cachés que j’ai interviewés, et qui me plait de plus en plus : Amos Weis